Logo

M?dias

31 December 2016

Denis Leblanc : la passion de la lumi?re et du beau

Lorsque l?on rencontre Denis Leblanc, pr?sident du Groupe Leblanc Immobilier, d?s le premier contact, la poign?e de mains chaleureuse et le large sourire, on sait que l?on a affaire ? un homme simple, franc et passionn?. Tout cela est rien de moins que la signature de sa dynamique entreprise.

Denis Leblanc, pour une deuxi?me fois, est choisi par le R?seau Affaires Verdun, comme Personnalit? d’affaires du mois, parce qu?il vient d?acqu?rir un deuxi?me immeuble qui abrite d?sormais la Librairie de Verdun, au niveau de la rue Wellington, ? l?angle de la 3e?Avenue, de m?me qu?une clinique dentaire ultra-moderne et de vastes bureaux de prestige aux ?tages sup?rieurs. L?inauguration officielle aura lieu au d?but de?2017.

L?homme d?affaire est tr?s fier de son investissement et surtout de la transformation en profondeur de cette immense b?tisse de 21?000?pieds carr?s qui a ?t? tour ? tour concession automobile, ?picerie et lieu de culte, mais qui est devenue d?j?, comme il le dit lui-m?me, ??un ?v?nement ? partager??.

Denis Leblanc se d?finit comme un investisseur et un d?veloppeur. ??J?ai toujours eu une passion pour l?immobilier??, dit celui qui a une double formation en criminologie et en psychologie. ??Investir, ce n?est pas seulement une question d?argent, c?est aussi une participation, une addition ? l?harmonie d?une ville??.

La Personnalit? du mois de d?cembre a la passion du beau et de la lumi?re. Ses r?alisations en sont une illustration. On dit d?ailleurs de Denis Leblanc ? Verdun qu?en plus de bien faire les choses, il sait attirer des locataires d’affaires aux ?tages de ses propri?t?s. Pour le principal int?ress?, la partie semble facile puisqu?il appr?cie le s?rieux et le dynamisme des intervenants de l?arrondissement avec lesquels il transige.

Un pur hasard

C?est par un pur hasard, en?2012, que le nouveau propri?taire verdunois a d?couvert l?arrondissement et qu?il y a achet? son premier immeuble, un b?timent centenaire de 15?000?pieds carr?s, angle Wellington et Galt, que le Groupe Leblanc a enti?rement r?nov? et transform?. On y trouve notamment un guichet Desjardins, une pharmacie et une p?tisserie. Une remarquable r?alisation, tout comme son acquisition plus r?cente.

Denis Leblanc, on l?a dit, a la passion du beau et de la lumi?re; il faut y ajouter ici l?esth?tique et le bien-?tre. ??Lorsque mes locataires sont heureux de travailler dans leur environnement rempli de beaut? et de clart?, pour moi, c?est une grande r?compense et je dis mission accomplie??.

??? Verdun, le sentiment d?appartenance est tr?s fort??, affirme M. Leblanc, ??et je crois aider l?arrondissement et contribuer ? cr?er une vague sur la rue Wellington pour en faire un lieu inspirant??.

Homme de famille, Denis Leblanc travaille actuellement avec ses fils Charles et Justin, et bient?t avec un autre fils, Gabriel. Charles est un jeune entrepreneur de 25?ans dont la force est la mise en chantier et la r?alisation des projets du Groupe Leblanc. Il est litt?ralement au flanc de son p?re.

Le Groupe Leblanc qui compte une dizaine d?employ?s a des projets dans ses cartons pour au moins les deux prochaines ann?es dont un qui est tr?s avanc? dans Hochelaga-Maisonneuve et un autre dans le Plateau Mont-Royal; sans en oublier un autre, encore embryonnaire ? Verdun.

22 January 2016

Personnalit? de janvier 2014

Denis Leblanc, personnalit? du mois de janvier.

Rendez-vous m??tait donn? dans sa derni?re r?alisation, une b?tisse ?pur?e de briques rouges, ? la fa?ade discr?te, proche du m?tro De l??glise. S?y c?toient notamment un caf? urbain, une boulangerie traditionnelle et une pharmacie clinique? Denis Leblanc est un passionn? et cela s?entend d?s ses premi?res paroles.

?J?aime le beau, les fa?ades harmonieuses, l?esth?tisme architectural, l?agencement des couleurs. Un souvenir de Paris, incroyable!? Celui-ci le guidera dans tous ses projets. Denis Leblanc est un gestionnaire visionnaire en immobilier. ?Lorsque j’acquiers une b?tisse, j’y vois un concept, une histoire. Sa fa?ade devra caresser ou d?plaire ? l’?il pendant 50 ans?, explique-t-il avec humour. De Paris ? Soho en passant par le Portugal ou une petite bourgade de l’?le-de-France, son ?il ne tarit pas d’?loges sur les d?tails architecturaux qu’il a rencontr?s lors de ses voyages.

De St-Laurent ? Wellington

Originaire de Drummondville, il se souvient de son adolescence: ?Mon p?re avait achet? deux maisons. J’avais ador? et je suis tomb? en amour avec l’architecture.? Pourtant, vers 18 ans, il part ?tudier la criminologie ? Montr?al. Il sourit, ?on n’?tait pas nombreux, c’?tait les pr?mices, mais j’aimais ?a?. Par la suite, il a fait une ma?trise en psychologie, mais se d?fend d’avoir exerc? un jour. Il avoue avoir un int?r?t marqu? pour les sciences humaines et se rem?more avec plaisir ces moments pass?s en tant que travailleur social.

? la trentaine, il fait ses premi?res acquisitions sur le boulevard Saint-Laurent. ?L’ambiance des ann?es 50 avait disparu, il fallait la faire revivre. J’ai travaill? la qualit? des biens gr?ce ? des mat?riaux nobles et d’avant-garde?, raconte Denis Leblanc. Aujourd’hui, l’entreprise familiale compte 14 immeubles de bureaux de qualit?, o? il a su allier esth?tisme, ambiance d’exception et proximit? du centre-ville. ?J’essaie avec mes partenaires et mes locataires d’avoir une relation de confiance et d’empathie. Je me mets ? la place de celui qui va louer le bien que je propose. ? Verdun, il a fallu aussi comprendre la vie de ceux qui vivaient l? et qu’il fallait malheureusement d?placer?, conc?de l’homme d’affaires.

Verdun, c’?tait l’inconnu. Un de ses quatre fils appr?ciait le lieu et semblait y voir un potentiel. Tr?s vite, Denis Leblanc rencontre le propri?taire du 4146; rue Wellington. ?Ce fut une belle rencontre. Il y avait 30 chambres, c?est beaucoup de gens ? reloger. Il ?tait essentiel de collaborer, de les accompagner dans cette d?marche?, explique-t-il avec empathie. Le gestionnaire remercie d?ailleurs l’efficience des services de l’arrondissement dans cette aventure.

L’avenir ? Verdun

?Dans cette b?tisse, il y aura notamment la Caisse populaire, le comit? sectoriel de la main-d’?uvre des services de soins personnels, le chef Louis-Fran?ois Marcotte, le coll?ge Essor, un studio de danse et un club social. Cela va engendrer un mouvement de population int?ressant pour les commerces de la rue Wellington, c?est ?vident?, assure l?homme conquis. Il ne voit pas Verdun comme une plateforme ?conomique, mais bien comme un quartier ? part enti?re, avec sa vie culturelle, utilitaire et r?cr?ative. ?Verdun a les moyens de devenir incontournable, j?y vois une place publique o? les habitants et les touristes s?y d?placent pour partager une convivialit?, un festival. Des violonistes, par exemple? j?adore le violon et dans chaque famille qu?b?coise, un violoniste se cache?, s?esclaffe-t-il. P?le-m?le, il se rappelle ce locataire talentueux qui logeait dans une des chambres de la b?tisse avec ses 5 guitares. Un musicien incroyable qui avait eu un parcours difficile et qui s?en est sorti. Il se rem?more son mariage; son premier voyage ? Paris avec France, son ?pouse; les berges du Saint-Laurent ? quelques pas d?ici et chuchote son d?sir d?investir ? nouveau dans l?arrondissement. L’entreprise est familiale, et avec sa femme, ils pr?parent la rel?ve. ?Dans ce m?tier il faut ?tre responsable 24h/24h, et tu dois te demander si tu veux cela pour tes enfants? Ils m’ont r?pondu: ?Nous serons quatre!?. Cela me donne de l’espoir? ?, conclut-il avec une certaine fragilit? dans la voix.

groupeleblancgroup.com

Archives